CYBERMARCHEUR la marche athlétique ou marche sportive

Obtenir toutes les informations du monde de la marche .(technique de marche, plan d'entrainement, conseils, santé, le calendrier et les compétitions à
 
PortailAccueilGalerieS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6318
Age : 31
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1   Mer 2 Sep - 22:30:37

J’ai longtemps hésité avant de publier ce texte prévu pour KM520 de juillet. Je l’ai manié, allongé, réduit, délayé, laissé mijoté
quelques nuits. Veille de l’été indien en voici la version du 1erseptembre, non édulcorée, mais saupoudrée de quelques moulinets de quatre épices et d’une pointe d’ail. Une touche de passion, une autre de dérision, mais la passion de la Marche l’emportera toujours. Vous restiez 160 lecteurs, nous resterons 160 orphelins de KM520. Des chemins à la route en passant par la piste,
prenez soin de vous par la Marche, ce sport merveilleux vous le rendra.

Cru COLMAR 2009 471km …
seulement 15 concurrents au départ, pas de 3e homme à l’arrivée !

Un Dimitri succède à un Sergueï

8 femmes 3 promotions 21 étapiers 16 étapiers partiels… 48 concurrents complémentaires !

…ils émergeaient de la 1ère nuit, ils marchaient. A 120km du départ,la route rendue impraticable par les orages et inondations, un détour courtois et rural de 3km au profil vosgien fut obligé. L’organisation de l’épreuve n’y pouvait rien, Dame Nature s’était rebellée sur le parcours des marcheurs. Ce surcroît de marche épuisera les plus faibles et les précaires. D’autres geindront, mais un marcheur de Grand Fond ou se disant tel ne doit-il pas être prêt à affronter toute situation routière sans broncher ? Le Colmar ne laisse aucune chance au plaintif. L’endurcissement est l’une des lois fondamentales du marcheur. Seuls les plus robustes résistent.

Beau temps sur l’édition 2009. Le prologue parisien, perfectible comme toute création, fut un pur rêve d’infernal à paradisiaque. Chaleur de plomb, respiration limitée par une pollution sérieuse, stress, touristes agréablement surpris interrogatifs sur le pourquoi du comment, qu’est-ce, qué sé passa ?
what’s happen ? warum ?
nous avons slalomé entre les piétons étonnés, certains errants hébétés divagants l’oreille rivée au portable ou le regard asservis à un écran se sont faits effleurés et extirpés de leur torpeur par des chauds devant ! ou dégagez ! dégagez ! tonitruants, des flâneurs stupéfaits
et enjoués de découvrir un sport méconnu ont applaudi, des groupes de touristes asiatiques à peine descendus de leurs autocars nous ont photographiés au passage, les automobilistes aux cerveaux lyophilisés ont été humainement irascibles; photos prises des compétiteurs devant l’hôtel de ville parisien, tout cela avait de la gu… ! Sur l’esplanade et ses alentours, nous étions présents 60 marcheurs chamarrés, faisant savoir que la Marche est un sport et que celui-ci détient dans son giron la plus belle épreuve au monde, le PARIS-COLMAR; nous avons joué le jeu. Sur l’ancienne place de Grève, nous étions fiers d’être marcheurs. Marcher à Paris
est une sensation sans commune mesure.

Elites(un jour les têtes pensantes supprimeront-elles ce terme malvenu) Alain COSTILS prenait la tête dès le départ. Durant 100km, idéalement calé à 10’ du français, Dimitri OSIPOV, attendait sagement son heure. Il laissait le normand épuiser ses ressources. Après sa seconde place de 2008, le russe connaissait sa force. Accroché à leurs basques, Daniel FAUBERT grilla ses cartouches au
contact du duo, un blessure croissante apparue vers les 140km, stoppa le colmarien de 1986, rompu après 172km. Dimitri OSIPOV empoignait la tête après Trélou, le COLMAR 2009 devenait alors une simple affaire russe.

148km et le nordiste Dominique NAUMOWICZ a laissé fuir au bord de la route le mental de fer essentiel à celui qui veut affronter le Colmar avec une chance d’arriver. Le muscle moral n’était pas assez fort. L’arrêt de Pascal THEVENIN à 166km pour à peine 24h de marche, sera suivi de celui de Daniel DIEN à Chalons 184km. 6 marcheurs de moins avant 200km, suivi de 4 autres avant la ville repos, l’hécatombe a ravagé un peloton trop vite effrangé. Stéphane PAILLE fut stoppé au lever du jour à 10km de la ville repos de St Dizier. La raffinée deuxième nuit avait terrassé le bordelais. Les images du passage nocturne à Larzicourt et des lignes droites infinies vers Eclaron me sont revenues : terrrrrrrrribles ! la lutte contre le sommeil y est dantesque ! Bernard FRECHENGUES et Philippe VIT, plus tenaces, ont néanmoins baissé pavillon bien avant le KM380 de NEUFCHATEAU que seuls 4 marcheurs atteignaient… Pendant ces temps-là, sereinement parti, l’expérimenté Pascal MARECHAL grignotait place après place. 9e au premier soir, 7e au lever du jour, il géra parfaitement les côtes de Marne, passait 5e à Epernay, grimpait au classement alors que d’autres se liquéfiaient.
Par expérience, je sais que cette situation du marcheur revenant de l’arrière le renforce au fur et à mesure des heures. Chalons, Pascal était 3e. Il s’empara de la seconde place après le repos de St Dizier, dans la forêt vallonnée menant à Sermaize les bains.

Les 15 élites étaient réduits à 6 à Vitry le François 219e km. L’écrémage a été très énergique ! Les 2/3 des marcheurs étaient passés à la
trappe avant le 253e km de la ville repos de St Dizier que seuls 5 atteignaient !…à 220km de l’arrivée, notamment inquiétant pour la suite des évènements ! Ce fait remarquable ne s’est jamais produit depuis 1926…
la Marche de Grand Fond souffre d’asthénie sérieuse.

Pascal MARECHAL : la concentration du marcheur a été exemplaire. A le voir passer, il resplendissait de la volonté inéluctable de celui qui n’a qu’une idée en tête : arriver à Colmar. Seule une blessure grave aurait pu le stopper, il y échappa. Pascal était sur un rail d’acier avec une âme d’acier, ne laissant en rien son regard s’échapper sur les côtés. Son visage reflétait la force intérieure uniquement axée sur Colmar. Sa seule récréation consistait en un clin d’œil suivi d’un pouce en l’air à son passage devant vous. Il visait uniquement la cible Colmar. Il était investi par la motivation indestructible, que d’autres démontraient ne pas détenir par leurs arrêts vite
fait trop tôt
. Le Colmar n’est pas une sinécure, le Colmar fait mal, il faut l’accepter et se l’approprier. Ce marcheur avait la force en lui, il su la conserver jusqu’à l’arrivée, ce que d’autres n’ont su. J’imagine aisément que le français a sacrifié des jours et des mois de sa vie à sa préparation. Avec son entourage, il a été récompensé. L’homme était fort comme on doit l’être dans une telle épreuve. Intransigeant avec lui-même, Pascal MARECHAL a démontré sa ténacité. Les années passées l’ont aidé vers la belle arrivée. La présence de sa fille à ses côtés l’a transcendé dans ces moments délicats où les heures de marche nous fragilisent tel un château de cartes. Pascal n’a rien laissé échapper. 2009, Paris-Colmar 471km à la marche, l’homme doit être puissant pour s’y lancer. Pascal MARECHAL l’a été. Il restera l’unique français entré en Alsace cette année-là, près de 7h derrière le vainqueur. Colmar 2009 471km,
catégorie élite,2 à l’arrivée ; no comment !
l’organisation ayant renoncé à remettre à l’ordre du jour les grandes distances bravées de 510 520 530km, on aurait pu être témoins d’un pathétique Paris-Colmar sans arrivant...

Entre Châtenois et Mirecourt, en pays Xaintois, après 58h41 de marche, les médecins ont stoppé Philippe THIBAUX. Pour sa première tentative, le vice-champion de France a frôlé la réussite. Le corps a trahi l’athlète, on ne peut rien contre cela. Le vainqueur de la promotion 2008 m’a confié ne pas être trop déçu car un tel ennui ne laisse pas le choix au marcheur qui veut revenir. A l’encontre de
certains esprits malveillants, du prologue décrié par des querelleurs jusqu’à Mirecourt, les propos du champenois étaient positifs : Juste quelques améliorations d’horaires sont à apporter. La barre des 400km passée au premier essai révèlent le potentiel du sociétaire du CA Agéen.

2009,
Dimitri OSIPOV et Pascal MARECHAL étaient les plus volontaires donc les plus forts. L’arrêt médical de Philippe THIBAUX est une péripétie colmarienne. Le champenois était assuré du podium, ce n’est que partie remise je lui souhaite sincèrement. Le russe a rejoint les 3 mousquetaires des steppes YOUCHKOFF 1934, RODIONOV 2000 et DVORETSKY 2008. J’ai souvenir des Vladimir KAZANTSEV et
OSSIPOV, de Anatoli TOUROV, Alexander RODITCHEV, Evgueni ZAIKINE, redoutables bretteurs routiers.
L’esprit russe est à la hauteur de son Histoire, tenace et partisan, il est à s’inspirer d’urgence !





Dernière édition par Admin le Jeu 3 Sep - 21:47:17, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cybermarcheur.com
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6318
Age : 31
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1   Mer 2 Sep - 22:39:23

LES ETAPES :
Dénigrées, détractées par des sectaires critiqueurs que j’attends de voir
œuvrer avec dossard, défendues par d’autres, dont je suis, au nom d’une
évolution bénéfique voire vitale à un Paris Colmar devenu chétif par amputation
kilométrique depuis 2005, la formule élargie attise les rêves d’autres
marcheurs, c’est bien ainsi. 16 participants sur la totalité des
épreuves, auquel on doit ajouter des marcheurs parcellaires qui choisissent une
voire deux étapes pour le pur plaisir de marcher sur les traces colmariennes.
Les plus de 500km marchés peuvent parfaitement cohabiter avec les étapes.
Encore faut-il que des « 500 bornards « se révèlent. Quant à ceux qui prônent
la suppression de l’épreuve féminine, nos avenir de l’homme apprécieront
ces personnages à leur valeur…

Daniel FOUDJEM seul au monde : Réitérant son action de l’an passé, le marcheur
Camerounais n’eut que lui-même comme adversaire. Ce combat est le plus rude,
celui qui en sort vainqueur peut lever les bras. Il s’empara de chaque
victoire, reléguant ses rivaux de plusieurs dizaines de minutes à plusieurs
heures…le gaillard est impressionnant ! Maintenant que preuve est faite de ces
capacités, il serait bon qu’il se tourne vers le stade supérieur. La
formidable vision du passage du trio FOUDJEM, GANE, OBYDOL dans une même
foulée, un même souffle, donnait immanquablement l’envie de marcher et la
fierté d’être marcheur en était flattée.

Jean PICHON : le sociétaire de St Thibault des vignes a débuté à l’Astragale,
pour marcher, marcher, marcher. En 2003, il m’a assisté pour entrer dans une
légende. Le club dissous, Jean a continué à marcher de Paris-Mantes en Voie
Sacrée jusqu’à toucher aux 24 heures. Jean a été traversé par la Marche de
Grand Fond. Il a parcouru avec succès la totalité des étapes soit 220km. Ah oui
! une précision, Jean PICHON a 76 printemps…alors les jeunots, les cadors de
l’écran et du clic, on s’y colle ? prenez-en de la graine !


Jean-Claude COURCY a été heu-reux comme un marcheur retrouvant ses souvenirs de
2007 et les sensations inouïes réservées aux grands routiers. Abel HILMOINE a
touché le ciel du bonheur de marcher. L’un de mes équipiers de l’an dernier,
Patrick MARSCHALL, a accompagné cyclopédiquement l’étapier Thierry
HEINRICH avant de s’en retourner juger d’autres épreuves départementales de
marche le samedi en Soissonnais. L’abnégation du partenaire est en lui.


Les étapiers ont à nouveau animé une épreuve qui aurait sombré dans une infinie
tristesse, au vu des écarts entre
chaque élite. La bourguignonne de Chenôve Evelyne CHOGNE, Priscilla
FESTOR, le francilien Emmanuel TARDI, le chalonnais Jacky GAILLET, Frédéric
CHABIN de Ballainvilliers ont eu l’immense plaisir de goûter à une étape ou
deux.


Jeudi, Saint Dizier, 22h, après les 2 étapes de la journée, un mini contre la
montre était programmé. Les marcheurs passaient devant le remarquable bronze
représentant la défense héroïque de la ville en 1544. Les bragards ont été
interpellé par ces marcheurs habités de ce sens héroïque chevillé aux tripes
pour continuer de pratiquer un sport oublié. Dans la nuit, les bragards ont
applaudi; à ces noctambules festifs, merci ! Voici une raison supplémentaire de
marcher encore et encore, transmettre et donner envie.

Le lendemain après-midi, sur les 18km reliant Demanges à Gondrecourt, Dominique
ROUFF avouait une joie certaine de participer à une parcelle du Colmar. La voix
d’Alain BASHUNG m’a escorté via mon oreillette durant 2h. Nous avons habité le
même quartier, la même rue. Marcher ici avec ce poète disparu a été ma façon de
lui rendre hommage.


Le samedi, Daniel BORDIER coaché très efficacement à vélo par sa
belle-fille appliquée, eut l’immense plaisir de
relier Corcieux à Colmar. Le départ de Corcieux des LESCURE frère et sœur aux
côtés de Corinne DOLS fut émouvant. La montée du Col du bonhomme d’Elisabeth,
encadrée par la colmarienne normande Josiane PANNIER et sa fille
Magalie fut un pur bonheur. Au sommet les yeux des 3 marcheuses s’embuèrent
d’émotion. L’ accompagnement de Josiane à Bar-le-duc en 1997 à fait naître
entre nous une amicale complicité de Grand Fond. Frédéric avait déjà basculé
dans la descente, fondant sur Kaysersberg, flanqué de son fidèle accompagnateur
Philippe. Le conducteur de notre véhicule l’aguerri Rémi GUTIERREZ, ancien
suiveur des russes GOURIEVA, RODIONOV, DVORETSKY, allait à nouveau prendre un
malin plaisir d’entrer en Alsace, cette fois-ci à la française.

LES FEMININES : Les femmes ont été à nouveau plus tenaces et
plus dures au mal que les hommes, 8 au départ, 5 à l’arrivée. Messieurs, elles
sont notre avenir. Au 1er soir, peu avant Villeneuve le Comte,
Claudine ANXIONNAT avançait tel un bolide, emmenée à l’arrachée par deux
équipiers surexcités criant à tue-tête. J’en était désolé pour la Claudine qui
s’était prise à ce jeu de folie. Le lendemain, le duel ALVERNHE VARIN
commençait pour durer plus de 200km avant que la montpelliéraine ne cède
sur la petite route peu après Gondrecourt le château. A Mirecourt la vainqueur
2008 était assurée du doublé, accompagnée d’Alexeï RODIONOV, marcher à la russe
semble lui réussir. La 3ème place est revenue à la feyzinoise
Corinne DOLS.
Après 18h d’épreuve, à l’entrée de Bar le duc, la marcheuse des bords du Rhône
s’est emparée de la place tenue jusqu’alors par l’ukrainienne Iryna PEREVALO.
La régularité de Corinne lui a permis de laisser la vosgienne Claudine
ANXIONNAT à plus de 100’.


LA PROMOTION : Lepyrénéen Francis GAUZE a dominé durant 14h le
malingre trio promotionnel. Puis le sage Bertrand LABARRE est passé s’éloignant
définitivement, emmenant dans son sillage le guadeloupéen Patrick ASSELOS.

Françoise, Alexandra, Mounir et les « monégasques » ont noké, collodionné,
élastoplasté, podologué à qui mieux mieux. Nous ne les remercierons
jamais assez. Les motards du Capitaine MULLER et les Offrassiens de
Marc-Emmanuel GERARD nous ont servi la sécurité routière sur un plateau. Il n’y
avait qu’à marcher, fiers et concentrés. Les souvenirs d’amitiés se tissent
dans le temps passé aux côtés de ces gens-là. Le visage de Jean CECILLON
(rappelez-vous les belles années de ses duels épiques avec Gilles LETESSIER)
entraperçu en disait long sur ses contrariétés internes.

Colmar dimanche 21 juin, remise des prix irrespectueuse, morose et frondeuse:
L’association des peintres de Corcieux fut bafouée par un protocole éhonté. A
bon escient, la réaction du public fut houleuse.

Dans les moments difficiles, il faut se serrer les coudes et surtout ne jamais
lâcher ; propos remémorés d’Anne-Marie NOIR Président Directeur Général des
Laboratoires Asepta Akiléine en souvenir de son père Pierre LACROIX. Messieurs,
à vous de marcher, d’informer, d’organiser !

Que les esprits chagrins restent gris, je rêverai encore au retour des 500km
mais j’insisterai sur la pérennisation des étapes. En tout état de chose, la
mutation du Colmar est vitale.

Lundi 22 juin, les cornemuses de nos couleurs ont fini de sonner, les marcheurs
pouvaient aller se reposer.

Les marcheurs de l’équipe de France espérés ne vinrent pas. Un règlement
restreint à l’esprit suranné a empêché certains(es) de venir partager la joie
des kilomètres avec les marcheurs de Grand Fond; un autre a confondu Marcheur
et
chasseur de prime de représentation commerciale. Paris-Colmar n’est pas un
meeting lucratif !


Le président de la FFA a brillé par son absence. Sa négligence répétitive d’un
joyau de l’Athlétisme est fort dommageable. Imaginez l’arrivée du Tour de
France sans Président de la République, inconcevable ! Le plus haut
représentant ne reconnaît pas les athlètes marcheurs d’un monument du sport,
impertinence et irrespect du pouvoir…carton
rouge au pékin !





Dernière édition par Admin le Jeu 3 Sep - 21:50:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cybermarcheur.com
Admin
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 6318
Age : 31
Date d'inscription : 10/08/2005

MessageSujet: Re: Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1   Mer 2 Sep - 22:41:15

REFLEXIONS

Je souhaite vivement que la formule étapes soit maintenue afin d’apporter aux
quelques centaines de spectateurs de 7 à 77 ans des bords de route et des
villages traversés, le spectacle inoubliable des marcheurs sur route. Que les

plus de 500km reviennent un jour pour la grandeur de l’épreuve, que les
qualifications se fassent sur 190km minima, combien seront qualifiés…combien
arriveront ? Ne rêvons pas trop. 15 hommes au départ, deux à l’arrivée pour
471km, des sélections à 185-190km auraient restreint le nombre de partants et
plus de 500km à la clef celui d’hypothétiques arrivées, il faut en convenir.
Les deux arrivants de 2009 auraient-ils tenus un Marathon supplémentaire ?
rêvons-le. Les étapiers repartiront-ils ? Que le grâce touche l’organisation de
l’épreuve… Quelle est la souffrance du Paris-Colmar ? marcheurs trop fragiles ?
motivations vacillantes ? trop dur pour notre époque ? morve fédérale confirmée
? une société qui ne permet plus les Grands sports ? Les torts sont partagés
mais les marcheurs donnent tout ce qu’ils peuvent par passion. J’opte
volontiers pour cette société imposée où les sports de géants n’ont pas leur
place, une société où

l’investissement sportif quasi-quotidien ne résiste pas face à la vie familiale
ou professionnelle.



Un tiers des marcheurs avait été effacé des tableaux à Chalons 180km, soit à
peine un 24h ! Un 2e tiers avait disparu avant la ville repos, quel
nettoyage ! Marcher 471km, aucune faille mentale n’est permise. Quand l’athlète
est fin prêt à prendre le départ du COLMAR actuel, qu’il ne vise pas une
hypothétique victoire, ses seuls adversaires restent le chronomètre, le sommeil
et lui-même, ce sont les plus redoutables, ils sont domptables pour celui qui
s’y est préparé, investi, le dilettantisme est prescrit. Le marcheur attiré par
le Colmar doit deviner qu’une telle distance ne peut être franchie sans maux.
Sans référence vécue, il doit imaginer son affaire de 3 jours et 3 nuits. Son
corps va souffrir,

divaguer, errer, crier, pleurer. Le marcheur doit le préparer à dépasser le
sommeil, terrasser la douleur. Les équipiers flanquant leur athlète conquérant
ne sont pas là pour épater la galerie, le marcheur emmène son équipe, il est le

chef de l’entreprise, ses heures de dérive sont l’apanage de ses équipiers. Les
chevaliers allant jouter avaient leurs écuyers ; les marcheurs ont leurs suiveurs
dévoués corps et âme à leur champion qui à la lourde tâche de rendre

ses compagnons heureux. Si le corps fléchi, l’âme doit le relever et s’emparer
de l’arène de 400m à 500km. Le marcheur et les siens doivent acquérir et
développer ces sens pour oser tenter la réussite.



Si une nouvelle édition du Colmar actuel avec ses épreuves annexes salvatrices,
est officialisée l’an prochain, il serait souhaitable que la dernière arrivée
des étapes se déroule au col du Bonhomme ou à Kaysersberg afin d’éviter toute

équivoque du public clairsemé à Colmar. Pour l’identité de la Légende, il
serait souhaitable que seuls les athlètes du grand parcours arrivent à Colmar.

Si les 500km sont rétablis, y aura-t-il un arrivant ? Pour les rires et futurs
souvenirs des enfants applaudissant les marcheurs passants en direction de
l’Alsace venez-y marcher, vous en serez ensorcelé.

Que le Colmar vive par notre engagement.





Bernard THANRON – Astragale KM520 - étapier partiel et accompagnateur vélo.





(conseil : par expérience, si vous êtes appelé à devenir accompagnateur
cycliste,entraînez-vous, c’est fondamental !)



Dernière édition par Admin le Jeu 3 Sep - 21:54:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.cybermarcheur.com
Sebastien Hassevelde
PROS
PROS
avatar

Nombre de messages : 1442
Age : 40
Date d'inscription : 30/08/2005

MessageSujet: Re: Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1   Jeu 3 Sep - 8:56:39

bravo 3 merci
Revenir en haut Aller en bas
cybernormandie
ELITE
ELITE
avatar

Nombre de messages : 744
Age : 33
Date d'inscription : 12/08/2005

MessageSujet: Re: Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1   Jeu 3 Sep - 18:05:30

affraid si mon stylo le jour du bac avait fretillé comme ca sur une feuille j'en serait sorti avec une mention
affraid Que dire voir ecrire de plus de plus, si ce n'est que le paris colmar doit continuer a nous faire rever.

bravo 3
Revenir en haut Aller en bas
fogerty john
PROS
PROS
avatar

Nombre de messages : 1135
Age : 61
Date d'inscription : 02/03/2009

MessageSujet: Re: Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1   Jeu 3 Sep - 20:54:00



Quel talent monsieur Thanron coup doeil

Je suis resté scotché sur votre récit …

Mieux que les journalistes de l’équipe !

Merci bravo


john fogerty
Revenir en haut Aller en bas
djimouchou
JUNIOR
JUNIOR


Nombre de messages : 175
Age : 73
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1   Sam 5 Sep - 11:37:19

quel recit et surtout une conclusion qui interpelle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bernard THANRON et Astragale KM520 page 1
» les 6 jours d'Antibes par bernard thanron
» Hommage à Jojo - De Bernard Thanron à un autre marcheur
» PARIS ROUBAIX A LA MARCHE acte 1 fiction PAR Bernard THANRON
» 24h de St Thibault des vignes Site photos de Michel Auriac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CYBERMARCHEUR la marche athlétique ou marche sportive :: LA MARCHE DE GRAND FOND :: Les femmmes, les hommes de la marche du grand fond -
Sauter vers: